- 12 -
- 13 -
Dans le Hublot du Boeing 767,
Miami Beach se dessine sous
nos yeux, nous scrutons le sol
avec en tête une ribambelle
de noms de séries, de films et
autres reportages qui avaient
pu être tournés à cet endroit...
Puis un peu plus loin, à l’inté-
rieur de la ville nous nous rap-
prochons de la réalité avec
des packages de maisons
parfaitement prédécoupées
au fur et à mesure que nous
avançons vers la piste d’atter-
rissage.
Après avoir bravé le carac-
tère renfrogné de l’inspec-
tion américaine et ses files
de queues effrénées, nous
retrouvons Robert GRAHAM
le nouveau designer F-ONE,
Mitu MONTEIRO et Tim HOL-
ZIGEL du magazine allemand
KITEBOARDING Magazine.
Nous voici rendus dans un se-
cond avion, qui nous convoie
sur la plus grande aire de
jeux des touristes arborant ce
coin, où dès notre arrivée nous
montons pour un dernier vol
en direction du prétendu spot
de Donkey’s Island.
Le paradoxe américain nous
amène sur un aéroport déser-
tique où la convivialité nous
ouvre ses bras : c’est ici que
tout commence! Abassourdis
par le décalage et les heures
passées
au-dessus
des
nuages, nous sommes direc-
tement accueillis par le gérant
de l’hôtel qui nous propose un
barbecue qui arrive à point
nommé sous un air latino.
On est samedi soir, « Saturday
Night Fever » restera à Broo-
klyn car nos yeux sont pressés
de ne s’ouvrir que le lende-
main.
‘‘NOUS MONTONS POUR UN DERNIER VOL EN
DIRECTION DU PRÉTENDU SPOT DE DONKEY’S ISLAND.’’
1,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11 14-15,16-17,18-19,20-21,22-23,24-25,26-27,28-29,30-31,32-33,...104